La Ménopause

3

Les essentiels

Yam

Sauge officinale

Ginseng

Sources

Am J Nurs. 2012 Jun;112(6):28-35; quiz 46, 36. Managing menopausal symptoms. Roush K1.

J Midlife Health. 2014 Jan;5(1):3-5. Lifestyle and dietary factors determine age at natural menopause. Sapre S1, Thakur R1.

JAMA. 2006 May 3;295(17):2057-71. Nonhormonal therapies for menopausal hot flashes: systematic review and meta-analysis. Nelson HD1, Vesco KK, Haney E, Fu R, Nedrow A, Miller J, Nicolaidis C, Walker M, Humphrey L.

Maturitas. 2006 Nov 1;55 Suppl 1:S3-13. Contemporary alternatives to plant estrogens for menopause. Geller SE1, Studee L.

Arch Intern Med. 2006 Jul 24;166(14):1453-65. Complementary and alternative therapies for the management of menopause-related symptoms: a systematic evidence review. Nedrow A1, Miller J, Walker M, Nygren P, Huffman LH, Nelson HD.

Ann Intern Med. 2002 Nov 19;137(10):805-13. Complementary and alternative medicine for menopausal symptoms: a review of randomized, controlled trials. Kronenberg F1, Fugh-Berman A.

J Womens Health (Larchmt). 2005 Sep;14(7):634-49. Botanical and dietary supplements for menopausal symptoms: what works, what does not. Geller SE1, Studee L.

Menopause. 2007 May-Jun;14(3 Pt 1):541-9. Botanical and dietary supplements for mood and anxiety in menopausal women. Geller SE1, Studee L.

Am J Med. 2005 Dec 19;118 Suppl 12B:98-108. Menopause: a review of botanical dietary supplements. Low Dog T1.

J Am Coll Nutr. 2005 Aug;24(4):235-43. Estrogenic effect of yam ingestion in healthy postmenopausal women. Wu WH1, Liu LY, Chung CJ, Jou HJ, Wang TA.

Planta Med. 2013 Jun;79(9):753-60. Salvia officinalis for hot flushes: towards determination of mechanism of activity and active principles. Rahte S1, Evans R, Eugster PJ, Marcourt L, Wolfender JL, Kortenkamp A, Tasdemir D.

Int J Clin Pharmacol Res. 1999;19(3):89-99. Effects of a standardized ginseng extract on quality of life and physiological parameters in symptomatic postmenopausal women: a double-blind, placebo-controlled trial. Swedish Alternative Medicine Group. Wiklund IK1, Mattsson LA, Lindgren R, Limoni C.

Maturitas. 1998 Jun 3;29(2):139-46. Physical exercise and vasomotor symptoms in postmenopausal women. Ivarsson T1, Spetz AC, Hammar M.

Acta Obstet Gynecol Scand. 1990;69(5):409-12. Does physical exercise influence the frequency of postmenopausal hot flushes? Hammar M1, Berg G, Lindgren R.

J Psychosom Obstet Gynaecol. 1996 Dec;17(4):202-7. The effects of relaxation response training on menopausal symptoms. Irvin JH1, Domar AD, Clark C, Zuttermeister PC, Friedman R.

Climacteric. 2007 Feb;10(1):38-45. Effects of acupuncture, applied relaxation, estrogens and placebo on hot flushes in postmenopausal women: an analysis of two prospective, parallel, randomized studies. Zaborowska E1, Brynhildsen J, Damberg S, Fredriksson M, Lindh-Astrand L, Nedstrand E, Wyon Y, Hammar M.

Fertil Steril. 2006 Sep;86(3):700-10. A randomized controlled pilot study of acupuncture for postmenopausal hot flashes: effect on nocturnal hot flashes and sleep quality. Huang MI1, Nir Y, Chen B, Schnyer R, Manber R.

La ménopause apparaît autour de 50 ans, elle va donc occuper une grande partie de la vie des femmes. Ce n’est pas une maladie mais une période de transition durant laquelle la sécrétion de certaines hormones, comme les œstrogènes et la progestérone, s’arrêtent progressivement.

Les répercussions sur l’organisme vont prendre de nombreuses formes, physiques et psychiques, et sont variables d’une femme à une autre.

Le traitement conventionnel proposé contient un substitut hormonal qui calmera ces symptômes, mais les effets secondaires sur le long terme sont encore mal évalués. L’accompagnement en médecine douce est donc primordial.

 


  • Alimentation

Certains aliments, riches en phytoestrogènes, ont une action régulatrice des hormones ovariennes. Ce sont les aliments à base de soja (lait et yaourt au soja, graines germées, tofu…), les graines de lin, les pois chiches, l’oignon et l’avoine.

Adopter une alimentation saine permettra de limiter l’ensemble des symptômes de la ménopause. Évitez les substances qui accentuent les bouffées de chaleur et les sueurs : la caféine, l’alcool, le chocolat ainsi que les épices.

 


  • Phytothérapie

Certaines plantes contiennent des principes actifs précurseurs de certaines hormones sexuelles :

– La Yam : elle contient un précurseur de la progestérone, première hormone qui se tarit en début de ménopause.

– La Sauge officinale : utilisée traditionnellement pour soulager les symptômes qui accompagnent la ménopause, notamment les bouffées de chaleur. En infusion après chaque repas ou en complément nutritionnel.

– La Passiflore : a une action bénéfique sur les troubles de l’humeur et du sommeil.

– Le Ginseng : lutte contre la fatigue et les troubles de la libido.

– La Menthe est un rafraîchissant naturel, traditionnellement utilisée pour soulager les bouffées de chaleur. Parsemez vos plats de feuilles fraîches ou utilisez l’huile essentielle de menthe poivrée.

 


  • Huiles essentielles

En cas de bouffées de chaleur (d’après N.PURCHON)

– menthe poivrée 3 gouttes

– cyprès 2 gouttes

– hélichryse italienne 1 goutte

– sauge sclarée 2 gouttes

2 gouttes du mélange sur un comprimé neutre à avaler 3 fois par jour et 3 gouttes du mélange sur le plexus solaire, 2fois par jour.
En cas de nervosité et de sautes d’humeur (d’après N.PURCHON)

– camomille romaine 20 gouttes

– géranium rosat 20 gouttes

– marjolaine coquilles 15 gouttes

Mélanger dans 4 cuillères à soupe d’huile végétale d’amande douce. Masser le thorax et les épaules avec un peu de ce mélange, 2 à 3 fois par jour.

 


  • Rester actif

Pratiquer une activité physique régulière a une action bénéfique sur la circulation sanguine, les articulations et l’équilibre hormonal général. Cela permet également de favoriser la thermorégulation, régulant ainsi les bouffées de chaleur.

 


  • Se détendre

De nombreuses techniques de relaxation permettent de diminuer l’intensité des bouffées de chaleur et des troubles de l’humeur : sophrologie, hypnose, massages… L’acupuncture est également une alliée de choix.

Ces méthodes ont aussi une action bénéfique sur les douleurs articulaires, notamment aux épaules, qui accompagnent parfois la ménopause.

 


  • Prévenir l’ostéoporose

Les oestrogènes participent à la fixation du calcium sur les os. La baisse de ces hormones à la ménopause favorise la déminéralisation osseuse. La prise de vitamine D limitera ce phénomène.

Pin It on Pinterest

Share This